The wicked deep // Shea Ernshaw

The Wicked Deep, Shea Ernshaw


Il y a trois siècles, trois soeurs un peu trop belles aux goûts des villageoises débarquèrent dans le petit village côtier de Sparrow. Aurora, Marguerite et Hazel Swan étaient non seulement belles, mais pleines d'esprit, débrouillardes et audacieuses. Un peu trop exubérantes pour le petit village et pour les mœurs de l'époque. 

Comme leur comportement libre et indépendant ne plaisait pas à tous, elles furent bientôt accusées de sorcellerie et noyées dans le port, une grosse roche attachée à chacune de leurs chevilles. Depuis ce jour, chaque année au mois de juin, les soeurs reviennent hanter le village de Sparrow en volant les corps de trois jeunes filles et en noyant chacune un homme. Pour se venger. Pour revivre. Pour faire payer les habitants de la ville d'avoir voulu se débarrasser d'elles.

Cette malédiction horrifiante a toutefois donné naissance à la "Swan Season". Le mois de juin représente le retour des soeurs et chaque premier juin, les adolescents organisent une fête. Les plus téméraires se baignent à minuit, pour voir si les soeurs prendront leur corps. Cette année, Penny, la fille du gardien de phare, et son amie Rose assistent à la fête, mais refusent de se baigner. Elles sont accompagnées de Heath, le petit ami de Rose et de Bo, un étranger tout juste débarqué au village. 

Dès le lendemain de la fête, un corps inanimé flotte dans les eaux du port. Les soeurs sont de retour. Mais cette année doit être la dernière. Les noyades doivent cesser.

Mon avis

Il y avait longtemps qu'une histoire de sorcières ne m'avait pas autant accrochée. (La dernière fois, c'était cette série-ci.)

Et, en fait, je dis qu'il s'agit d'une histoire de sorcières, mais ce n'en est pas une. Au final, les soeurs Swan n'en étaient pas du tout. C'est simplement une question de perception erronée. Je peux comprendre qu'au début des années 1800, trois soeurs de 17, 18 et 19 ans (Toutes nées le 1e juin) vivant ensembles sans parents, sans époux et flirtant ouvertement avec plusieurs hommes pouvaient passer pour des créatures de l'enfer. 

L'incompréhension et l'étroitesse d'esprit des gens les a étiquetées comme mauvaises. Elles possédaient une petite parfumerie, elles aimaient le mélange des odeurs. Alors, les gens les accusaient de donner des propriétés maléfiques à leurs huiles et fragrances. Elles aimaient aussi tomber amoureuse. Ce sentiment délicieux qui vous envahit lorsqu'on rencontre quelqu'un qui nous plaît. Elles appréciaient le flirt et n'avaient pas l'intention de se caser. Alors, les gens les accusaient de jeter des sorts aux hommes pour se les attacher. 

 Et cet été, des secrets seront dévoilés et des mystères résolus. 

J'ai aimé l'angle adopté par l'auteure pour dépeindre son histoire. La narratrice est Penny, la fille du gardien de Phare. Jeune fille un peu à part, n'aimant pas particulièrement se mêler aux autres, mais observatrice. On en apprend beaucoup dans les descriptions.

L'ambiance a aussi influencé beaucoup mon appréciation. J'ai refermé le livre encore totalement imprégnée de l'odeur de l'océan, du son des vagues, des ombres de la nuit. Une atmosphère idéale pour une histoire de sorcière. 

Il y a toute la notion de dualité, qui est intéressante également. Comme les soeurs volent les corps des jeunes filles, on s'interroge tout le long si les actions sont effectuées par la "vraie" personne ou si un fantôme l'habite. Et quand deux garçons kidnappent une jeune fille en l'accusant d'être possédée par l'une des soeurs, c'est le tolé sur le traitement à lui réserver. Doit-on l'enfermer? La torturer? La tuer? Avons-nous le droit de le faire? 

Le thème de l'eau, de l'océan est récurrent aussi. À la fois délivrance et faucheuse. Le thème millénaire du bien et du mal. 

Somme toute une jolie histoire, accrocheuse et bien ficelée. L'intrigue se tient et se développe sans lourdeurs. Pour 12 ans et plus.






Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Instagram