La faim et la soif // Mickaël Koudero

La faim et la Soif de Mickaël Koudero chez Hugo Thrillers
Paris, juin 2015. 

Raphaël Bertignac est un "nettoyeur de scènes de crimes". Il se présente sur les lieux après la police pour nettoyer. Pour effacer. Pour permettre aux propriétaires de relouer l'appartement ou à l'entreprise de reprendre ses activités. C'est un emploi qui ne demande pas de réfléchir. Seulement d'être efficace et discret. Tout le contraire de ce qu'il a été. 

En effet, il n'y a pas si longtemps de ça, Raphaël était journaliste pour son propre journal. Et un bon journaliste, d'ailleurs. Mais son mariage avec une actrice superficielle et de mauvaises décisions l'auront conduit au bord du gouffre. Lorsqu'il est appelé pour nettoyer l'appartement d'une jeune fille qui s'est suicidée, il retombe dans ses anciennes habitudes. Que ce soit à cause de l'arme du crime, du décor, ou du fait que la jeune femme ait tenté de s'arracher les yeux avant de s'enlever la vie, Raphaël sait que quelque chose cloche. Puis cette mention de "Nosferatu", mot roumain faisant référence aux vampires et au Diable.

Rapidement, Raphaël fait le lien entre ce suicide et la découverte, quelques mois plus tôt, du cadavre d'un jeune homme complètement éviscéré, certaines parties du corps dévorées. Quelle force obscure oeuvre ici? Vampires, cannibales ou le Diable en personne? L'ancien journaliste est bien décidé à le découvrir.

En faisant jouer ses anciennes relations, Raphaël se lance dans une course folle, le menant de Paris à Prague et de la République Tchèque en Roumanie. Une enquête dont il ne sortira certainement pas indemne.

Mon avis

D'abord, laissez-moi dire que ce roman est plus complexe qu'il n'en a l'air. L'énigme est extrêmement bien ficelée, à la façon des poupées russes. Il y a plusieurs dimensions à l'enquête et les racines du problèmes sont profondes. On aborde dans ce livre les conséquences désastreuses d'une autorité politique corrompue et déficiente, la perte de son humanité et le besoin fondamental de transmission des idées. (Oui, oui, rien que ça!)

Ce roman regroupe vraiment plusieurs éléments pour en faire un succès. Non seulement il s'agit d'un véritable page-turner, mais c'est aussi très bien écrit. Les détails historiques sont bien intégrés, sans avoir l'impression de lire des pages documentaires placées là stratégiquement. Sans farces, en refermant le livre, je suis allée fouiller sur Internet à propos des personnalités dépeintes dans le roman, afin de savoir si elles avaient réellement commis les crimes que je venais de lire.

Raphaël, le personnage principal est tourmenté, mais crédible, assez pour qu'on s'inquiète pour lui et que malgré que l'on se doute que ça ne peut que mal finir, on a de la peine pour lui.

De plus, aucune histoire d'amour ne vient nuancer l'enquête, on assiste à une course brutale pure et dure. Aucun doux sentiment n'altère le jugement des personnages. Je l'ai déjà mentionné, mais c'est violent, brutal, sanglant et même, horrifiant par moments.

Une lecture qui m'a sortie de ma zone de confort, mais que j'ai beaucoup appréciée justement, parce que ça m'a secoué les puces.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Instagram