Reste avec moi // Ayobami Adebayo

Reste avec moi, Ayobami Adebayo, Éditions Guy St-Jean

Celui-ci, j'avais hâte de le lire! Probablement parce que le sujet me touche personnellement (l'infertilité), mais aussi à cause du contexte. L'auteure est africaine et l'histoire se passe au Nigéria dans les années 1980. Yejide et Akin vivent une magnifique histoire d'amour depuis qu'ils se sont rencontrés à l'université. Coup de foudre mutuel, ils savaient tout de suite qu'ils étaient fait l'un pour l'autre. Dans une société en évolution, mais toutefois ancrée dans les valeurs traditionnelles, ils se sont promis l'exclusivité. Bien que la polygamie soit courante et même encouragée dans ce pays, Yejide n'en veut pas. Akin est à elle et elle seule. Son mari partage son opinion et ils vivent leurs premières années de mariage dans le bonheur total.

Jusqu'à ce que... 


Les traditions reviennent les hanter alors que Yejide semble incapable de tomber enceinte. En effet, Akin étant le fils ainé de sa famille, il est tenu de fournir un héritier. Le couple s'y refuse et s'y oppose bec et ongles, jusqu'à ce que la famille ne leur donne pas le choix : elle se présente sur le pas de leur porte avec une jeune fille. La seconde épouse d'Akin. Celle qui lui donnera un fils.

Le monde de Yejide s'écroule. Elle en veut à la famille de lui forcer la main, mais aussi à son mari, d'avoir flanché. Son coeur brûle d'une jalousie sourde et violente et elle sait bien que la seule façon de conserver son mari pour elle seule, est de tomber enceinte. Elle accepte donc toutes les solutions et compromis qui s'offrent à elles. Jusqu'à risquer sa vie... 

Citation

 « Être une bonne mère n’est pas facile, une femme peut être une mauvaise épouse, mais elle n’a pas le droit d’être une mauvaise mère. »

Mon avis

Wow. La beauté de ce roman est que cette histoire peut être transposée dans notre société. Malgré que l'action se passe en Afrique, on peut très facilement s'identifier à l'héroïne. En effet, qui n'a jamais fait de folies pour garder l'homme qu'elle aime? Et dans ce cas-ci, le mot "folie" est vraiment utilisé au sens large.

Ce qui m'a marquée, surtout, est la violence omniprésence. La violence des émotions, la violence de la vie quotidienne, la violence des traditions. Rien n'est simple et chaque compromis demande de la sueur et du sang. 

Yejide est une jeune femme instruite, intelligente et compréhensive. Pourtant, elle acceptera des choses qui dépassent la raison pour atteindre son but. Quel but, au fond? Garder son mari? Se libérer du joug de la famille et des traditions? Réaliser son désir d'enfant? Par amour ou par obligation?

Et puis, sans dévoiler trop de "punch", la quantité et l'intensité des rebondissements sont étourdissants.  Soit l'auteure a beaucoup d'imagination, soit la vie est drôlement ardue là-bas. (Et je penche pour la deuxième option). 

Somme toute un roman dépaysant et addictif, qui se lit rapidement, qui vous enflamme et vous fait réfléchir un peu.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Instagram