JellyBean // Virginie Francoeur

Par - lundi, novembre 05, 2018

Photo par Christinelalibraire de JellyBean par Virginie Francoeur

Ophélie est une "jeune fille de bonne famille". Ayant reçu une éducation catholique dans un pensionnat pour filles, elle-même n'aurait pu imaginer sa fabuleuse amitié avec Sandra. En effet, son amie est dénué de toutes inhibitions, ne respecte à peu près rien, danse dans un club crados et fait des extra dans les cabines pour se payer de l'extasy et des voyages dans le sud. 

Malgré leurs différences, Ophélie adore Sandra et va jusqu'à adopter une partie de son mode de vie : la danse (sans extras) et l'extasy. Sandra sera comme une soeur pour Ophélie et lui fera découvrir tout un tas de divertissements. Elle lui fera également faire la connaissance de Djamila, magnifique femme fougueuse, déjantée et sans scrupules. Une sublime croqueuse d'hommes. 

Les trois BFF vont vivre toutes sortes d'aventures, entre Montréal et St-Barth, entre soleil éclatant et sous-sol glauque. Une histoire d'amitié, de solitude, d'extrêmes et de perte d'innocence.


Mon avis

J'ai beaucoup aimé. C'est le premier roman dont je vous parle depuis longtemps, je sais, il faudra pardonner mon absence de cet été. J'ai littéralement débordé au travail et j'ai vécu une période plus sombre, mais ça va mieux maintenant. Donc, il se pourrait que je ne sois pas très objective dans mon appréciation, puisque c'est le premier roman depuis quelques mois qui arrive à retenir mon attention d'une couverture à l'autre.  

Des histoires de jeunes filles sages qui ont de mauvaises fréquentations, on en a vu d'autres. L'intérêt de ce roman-ci tient dans la langue, dans le débit mesuré et incisif de la narratrice. La vulgarité assumée des dialogues fait sourire plus que grimacer et on se surprend à éprouver de la tendresse pour les filles, surtout Sandra. 

On n'arrive pas à être choqué du comportement révoltant de Djamila, ni outré des faux-pas. Il s'agit bien d'une critique générationnelle, mais pour moi ça tient aussi de la comédie-trash. Toujours est-il que j'ai passé un très agréable moment à lire ce roman, j'ai même ris toute seule à une ou deux reprises. 

L'écriture contribue pour beaucoup à l'efficacité de ce roman, mais ce n'est pas hermétique. Si la couverture vous fait peur parce que vous avez peur que ce soit trop "littéraire" ou "pointu", je vous dirai d'oser. Vous ne le regretterez pas.


Vous aimerez peut-être :

0 commentaires