À toi // Alice Fontaine

Par - mardi, juin 12, 2018


La narratrice a 13 ans lorsqu'elle tombe amoureuse. Le coup de foudre. Le nouveau dans le village, l'anglo. Tout de suite, elle ne voit que lui, mais il a déjà une copine. Un peu dépitée, elle n'aura toutefois pas très longtemps à attendre pour qu'il s'intéresse à elle. 

Leur relation débute dans les grands "Je t'aime" et "tu es toute ma vie". Bien vite, la narratrice réalisera qu'elle étouffe dans cette relation, mais elle l'aime et ne veut pas le perdre. Il saura très bien exploiter cette faiblesse et dans le temps de le dire, la peur de le perdre, l'insécurité et la peur prendront le dessus sur le reste. 

Les colères et l'humiliation, elle connaît. Mais les coups, c'est autre chose. Ils pleuvront sur elle sans raison. Ne pouvant concevoir qu'il n'y ait pas d'explications, elle tente de comprendre. Mais la seule chose qu'il est impératif qu'elle comprenne, c'est qu'elle doit sortir de cette relation. À tout prix. Tout de suite.

Mon Avis

Un magnifique petit texte. Poignant. Des mots qui résonnent en nous de par leur candeur, leur sincérité authentique et sans fioritures. Le roman est divisé en très courts chapitres, de toutes petites lettres en fait, des événements isolés racontés bout à bout.

Dans les premières pages, on sent la naïveté de l'enfance, les premiers émois, comme si le fait de faire replonger la narratrice dans ses souvenirs la ramenait physiquement aux moments des faits. Bien sur, nous avons aussi le recul de l'âge adulte et certains chapitres sont ponctués de "si j'avais su" et de "J'aurais du...", mais toute l'émotion est là. Vive et puissante.

J'aime la sincérité des sentiments. De lire une histoire si vraie, racontée comme une confidence. Je n'ose même pas endurer la difficulté qu'elle a vécu. Quand on est pris dans un tel engrenage, ça doit prendre une dose surhumaine de courage pour s'en sortir, car l'autre a tout détruit par sa manipulation ; l'estime et la confiance en soi. 

On respire mieux, à la fin, mais la blessure palpite encore longtemps après avoir refermé le livre. Du moins, de mon côté, ça m'a fait réfléchir à mon adolescence, à mes relations terminées en queue de poisson.  On veut tellement être adulte, quand on a 14-15 ans, mais il faut savoir demeurer enfant encore un peu. Et rien ne justifie d'accepter un tel traitement. Rien.

Une belle suggestion de lecture québécoise et mention spéciale à l'illustration en couverture que je trouve absolument magnifique!

À toi, Alice fontaine, éditions au carré, 2018.


Vous aimerez peut-être :

0 commentaires