1968 // Christine Picard

Par - mardi, mai 15, 2018

Livre 1968 écrit par Christine Picard

Vous avez bien lu, je me permets de faire un petit article sur ma dernière publication. À moi. Il s'agit d'un petit recueil de poésie, élaboré à partir des textes que j'ai écris dans les 10-15 dernière années. Certains ont un lien entre eux, d'autres moins, mais ils reflètent tous un peu mon état d'esprit à un moment donnée de ma - jeune - vie d'adulte.

D'abord, la question qu'on me pose le plus depuis que j'ai annoncé ma publication : Pourquoi 1968?  La réponse courte, c'est qu'il s'agit de l'année de naissance de mon mari. Celui avec qui je partage ma vie depuis 9 ans. Disons qu'il a inspiré plusieurs des textes de ce recueil. Pas tous, loin de là, mais il est normal qu'il ait créé des vagues dans ma vie dans les dernières années.


Le recueil est divisé en chapitres ; Inattendu, Soudain, La fonte, Doucement. J'y vois plusieurs niveaux. L'évolution d'une relation amoureuse, avec ses hauts et ses bas, l'arrivée dans la vie adulte avec son lot de surprises et de défis, la découverte de soi, de ce qu'on aime ou pas et l'affirmation de ses goûts et préférences. La résilience et l'acceptation que les choses ne se passent pas toujours comme on le souhaiterait. 

Pourquoi j'ai choisi d’auto-publier?  Je mentirais en disant que je ne l'ai pas envoyé à quelques maisons d'éditions. Je travaille en librairie, nécessairement, j'ai mes éditions chouchous, dont j'admire le travail. Bien sûr, j'ai tenté ma chance. Je suis toutefois consciente de la quantité assez limitée de recueils qui se publient par année et j'avoue que je tenais à ce que mon recueil trouve le chemin des tablettes de librairie cette année.

Je suis aussi allé m'informer du côté des éditeurs "à compte d'auteur". J'ai eu des réponses aux antipodes. On m'a parfois beaucoup complimenté, parfois reproché pas mal de trucs. On m'a dit que c'était magnifique, mais trop court, sensible, mais trop classique, doux et pas assez trash. Et quand on passe par ce genre d'éditeur, on doit nécessairement parler d'argent. Certains mettaient noir sur blanc le montant demandé (Quelque part entre 750$ et 4000$), d'autres admettaient que je devrais payer un montant, mais restaient très vague sur le sujet.

Ce qui m'a décidé à le publier moi-même, au final, c'est la latitude. Tant qu'à devoir débourser, je vais le faire en étant la seule et unique personne qui décide dans ce projet. J'ai choisi la couverture, la mise en page, la police d'écriture, le tirage, la date de parution, le titre, tout. Le facteur de risque, aussi. En choisissant d'auto-publier, j'ai travaillé avec un site d'impression sur demande. C'est à dire que je n'imprime que les quantités dont j'ai besoin. Donc pas de pilonnage si je n'en vends pas une tonne et j'ai quand même un accès rapide et économique à mon livre. Le site dispose également d'une boutique en ligne, donc accessible à tout le monde, peu importe leur emplacement géographique.

C'était une façon aussi d'assurer le souvenir. Ces textes, je les avais tous séparément, sur des feuilles de papier, dans un cahier, sur mon ordinateur, etc. Ce recueil m'a permis de les rassembler et dans 10 ans, il sera beaucoup plus simple pour moi d'ouvrir ce petit livre pour en consulter un que de fouiller dans les boîtes dans le garage ou de tenter de redémarrer mon vieil ordinateur.  Je l'ai fait d'abord et avant tout pour moi. Et aussi un peu pour ma famille et mes amis qui me demandaient souvent quand ils pourraient me lire. 

Je suis donc très fière de vous présenter mon petit recueil sans prétentions, écrit avec amour et maintenant disponible, si ça vous intéresse. (Cliquez ICI pour l'acheter. Il est disponible en version papier ou numérique). J'en aurai quelques copies également à la librairie où je travaille.



Vous aimerez peut-être :

0 commentaires