La disparue de la cabine 10 // Ruth Ware

Par - vendredi, mars 30, 2018


Laura - Lo - Blackwell travaille comme journaliste mondaine pour le journal Velocity. Elle y est depuis plutôt longtemps, mais a du mal à gravir les échelons. Puis, voilà sa chance ; sa patronne tombe enceinte et lui cède sa place sur une croisière nordique à bord du luxueux yacht l'Aurora. Une semaine en mer avec des personnalités connues, à manger comme une reine et boire du champagne. Le rêve!

Sauf que Lo se fait cambrioler quelques jours avant le départ et son anxiété augmente énormément. Elle tente de faire passer à grandes gorgées d'alcool et d'antidépresseurs, ce qui n'est pas franchement une bonne idée.

Elle se prépare pour son premier souper lorsqu'elle réalise qu'elle a oublié son mascara. Elle décide de cogner à la porte de la cabine voisine, espérant pouvoir en emprunter un. Il y a effectivement une jeune femme qui lui prête un tube. 

Ce soir-là, alors qu'elle n'arrive pas à dormir, trop oppressée par sa nouvelle peur du noir et du silence, elle entend un grand Plouf! dans la cabine d'à-côté. En panique, elle sort sur le balcon et croit apercevoir du sang sur la rambarde. Elle appelle immédiatement la sécurité.

Personne ne la croit. On lui apprend que la cabine 10 n'était pas louée. Elle a beau dire le contraire, qu'elle a vu une fille, qu'elle lui a parlé, qu'elle peut même la décrire! Le capitaine de la sécurité insinuera qu'elle était saoule - ou gelée- et qu'elle a imaginé des choses. 

Lorsque sa seule preuve, le flacon de mascara, disparaît, Lo décide de ne pas se laisser intimider et de mener sa propre enquête. Plus elle se rapproche de quelque chose, plus les circonstances se font menaçantes et les soupçons, tenaces.

***---***---***---***

J'ai embarqué tout de suite dans l'histoire. Dès les premières pages, j'ai trouvé l'écriture accessible et le style accrocheur. J'ai lu les premières 150 pages dans la même soirée, l'élément déclencheur avait déjà eu lieu, l'intrigue était lancée. 

J'aime les débuts d'histoires qui déboulent, c'est toujours un peu difficile pour moi de lire un suspense quand l'auteur met 300 pages à placer ses pions avant de les bouger.

J'ai apprécié l'ambiance lourde du huis-clos, cette menace sous-jacente de "tu ne peux pas fuir", qui semblait oppresser Lo en permanence. Bien que son personnage soit parfois difficile à apprécier (j'ai froncé les sourcils à plusieurs reprises devant ses réactions), j'étais terrifiée pour elle.

Franchement, je n'ai rien vu venir, je me suis laissée prendre au jeu. J'ai soupçonné à peu près tous les personnages les uns après les autres et les extraits de nouvelles ont rajouté à l'intrigue. Je me demandais vraiment qui allait mourir et quand!

À mon avis, un très bon divertissement!

La disparue de la cabine 10, Ruth Ware, Éditions Fleuve Noir.


Vous aimerez peut-être :

0 commentaires