Les belles, tome 1 // Dhonielle Clayton

Par - lundi, février 19, 2018



 Imaginez un monde dans lequel les gens naissent gris. Intégralement. La peau, les cheveux, les yeux, tout. 

Heureusement, il existe des "prodiges", des femmes qui naissent colorées et belles. On les appelle justement ainsi ; les Belles. Non seulement elles sont nées ainsi, mais elles ont le pouvoir de transformer les gens. Ces jeunes femmes ont le devoir de se mettre au service de la famille royale. Chaque "cohorte" doit servir dans un salon de thé ou directement au palais royal. Les courtisans et les gens fortunés prennent rendez-vous dans ces salons pour faire disparaître leur gris. 


Dans ce roman, nous suivons Camélia, surnommée Camille, qui souhaite par-dessus tout devenir la favorite de la Reine et servir au palais. Elle est complètement dévastée quand on lui préfère sa soeur Ambrosia (Amber) et qu'elle est envoyée au salon de thé du Chrysanthème. Puis, après quelques semaines éprouvantes et des soupçons sur ce qui se passe réellement dans ce salon, on la rappelle au palais pour devenir favorite.

Pourquoi? Qu'est-il arrivé à Amber? Que lui cache-t-on? Camille tentera par tous les moyens de le découvrir, sans savoir qu'elle jouera sa vie là-dessus.

--***----***----***----***---

J’avoue avoir été stupéfaite. J’ai lu les premiers chapitres avec l’appréhension du « moule » devenu typique depuis Hunger Games. Une histoire post-apocalyptique dans laquelle le bien triomphe. Et j’avoue avoir été surprise lorsque le personnage principal échoue à sa première tentative. Belle nouveauté!!

Camélia est une jeune femme forte, qui tient tête même au pire ennemi. Et elle est constante d’un bout à l’autre du roman, J’ai adoré le personnage de Sophia, elle est affreusement horrible, à faire grincer des dents. Les autres cachent bien leur jeu, je n’ai rien vu venir ni pour Rémy ni pour Auguste et ÇA, c’est formidable,

Un bon suspense, une tension soutenue, chapeau! J’ai hâte à la suite.

En librairie la semaine du 19 février 2018.



Vous aimerez peut-être :

0 commentaires