Le nouveau roman de David Mitchell

Par - vendredi, juillet 28, 2017





"Par une sombre journée d’été de l’an 1984, Holly Sykes, adolescente en fugue, fait la rencontre d’une dame étrange qui, en échange d’un « asile », lui offre une inoffensive tasse de thé. Plusieurs décennies passeront avant qu’Holly ne saisisse exactement de quel genre d’asile l’inconnue voulait parler…"

Une grande fresque sur le temps qui passe, les gens que l'on rencontre, qui reste à nos côtés ou qui disparaissent. Une histoire d'atemporalité, d'immortalité, du mystique plus vieux que le monde.
Un roman qui se déroule en 6 temps, 6 époques différentes de la vie d'Holly, de son adolescence jusqu'à la fin de sa vie en Irlande. Elle qui, adolescente, avait des visions, des prémonitions, ne se doute pas qu'elle sera impliquée toute sa vie dans une guerre en parallèle, et qu'elle sera peut-être l'arme, la seule arme, pouvant la désamorcer.

Difficile de dire si cela se termine bien ou pas, mais on est satisfait, une fois la dernière page retournée.

Je le dis tout de suite, ce roman est franchement complexe et s'adresse à un lecteur motivé. Ça prend un esprit aiguisé pour tout saisir, parfois les sauts dans le temps sont difficiles à suivre. J'ai personnellement du relire plusieurs passages, j'ai failli abandonner rendu quelque part au milieu, mais je suis bien contente d'être allée jusqu'au bout.

L'âme des horloges, David Mitchell, Éditions Alto



Vous aimerez peut-être :

0 commentaires